Recherche

Afin de dresser un aperçu des discriminations et des inégalités auxquelles sont confrontées les personnes transgenres dans leur vie quotidienne en Belgique, l’Institut a fait réaliser une étude en 2009.

Voici les principaux résultats de cette étude :

Aspects légaux

Les critères médicaux nécessaires pour accéder au changement officiel de prénom ou de sexe sont critiqués par la plupart des personnes transgenres car ils sont très stricts.

De nombreuses personnes transgenres ne tombent pas dans le cadre légal de protection contre les discriminations, car elles n’ont pas changé officiellement de sexe, ne sont pas dans un processus de transition, ou ont l’intention de le faire. De plus,moins de la moitié des personnes transgenres savent que la loi tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes règle également les discriminations relatives au changement de sexe, avec pour conséquence que peu de personnes transgenres portent plainte pour traitement discriminatoire.

Emploi

En matière d’emploi, les personnes transgenres rencontrent de très nombreux problèmes. Lorsque les personnes transgenres travaillent, elles sont souvent victimes de harcèlement. 54,1% cachent leur identité de genre au travail. Les réactions les plus négatives proviennent des collègues. Seules 9,5% des entreprises qui appliquent une politique d’égalité des chances ou de diversité accordent de l’importance à la thématique transgenre. Tant les salariés transgenres que les employeurs manquent d’information sur leurs droits et obligations.

15,6% des personnes transgenres de l’étude sont au chômage malgré un niveau de formation souvent élevé. De plus, se porter candidat pour un poste est une démarche qui se révèle souvent difficile. Les documents d’identité et les diplômes non adaptés les contraignent à divulguer leur statut transgenre. En effet, les écoles et les universités ne sont (pour le moment) pas obligées de changer le prénom sur les diplômes.

Depuis la publication de cette étude, des progrès ont été réalisés en matière de diplôme.En Flandre, cet aspect est réglé par un décret entré en vigueur le 1er septembre 2012, pour les personnes transsexuelles qui ont officiellement changé de prénom. En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Institut  et le service du médiateur, en collaboration avec la Direction de l’égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxellesont rédigé un avis conjoint en 2012 dans le cadre du décret visant à lutter contre certaines formes de discriminations, sur les conséquences discriminatoires de la réglementation et des pratiques en matière de changement de prénom sur les titres, diplômes et autres documents certificatifs.

Soins de santé

60% des personnes transgenres de l’étude ont cherché une aide médicale ou psychologique liée à leurs problèmes d’identité de genre. Pourtant, 62% des répondants ont déjà envisagé le suicide et 22% ont tenté de se suicider. Ces chiffres choquants montrent que l’assistance à l’attention des personnes transgenres n’est pas suffisante. L’enquête indique que l’accès aux soins de santé spécifiquement transgenres n’est pas optimal. En outre, seule une partie des interventions chirurgicales ou autres est remboursée, ce qui n’est pas bénéfique à l’accessibilité des soins. Enfin, le fait que les généralistes et les psychologues ne disposent souvent pas d’informations suffisantes leur permettant d’accueillir correctement et d’orienter adéquatement les personnes transgenres vers les instances compétentes constitue également un problème.

Image

Les témoignages des personnes transgenres évoquent les préjugés, les stéréotypes et les opinions fausses à leur égard.

Soutien aux associations

La plupart des personnes transgenres de l’étude ont déjà fait appel à des associations de soutien. Souvent, ces associations fonctionnent avec des moyens très limités et sur base totalement bénévole. Elles comblent en partie le vide laissé par le manque de dispositifs institutionnels et d’assistance trans-spécifique et devraient dès lors être mieux subventionnées.

Liens

  • La publication Être transgenre en Belgique
  • Téléchargez l’avis de l’Institut, du service du médiateur et de la Direction Egalité des chances, concernant le changement de nom sur les diplômes des personnes transgenre en Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Téléchargez le décret flamand concernant le changement de nom sur les diplômes (Chapitre V, Art. 57 quater)