Analyse

La représentation politique des femmes à l'issue des élections du 25 mai 2014

Le 25 mai 2014, les électeurs ont désigné leurs représentants au Parlement européen, au Parlement fédéral et au sein des Parlements régionaux et communautaires. Il s’agissait des premières élections de cette ampleur depuis 1999. Comme suite à chaque élection, l’Institut a compilé puis analysé sous l’angle du genre les résultats de ces élections en accordant une attention particulière à l’impact des quotas sur la représentation des femmes sur les listes électorales, parmi les élus, parmi les députés et au sein des gouvernements.

Analyse sous l'angle du genre des résultats des élections fédérales du 13 juin 2010

Lors des élections fédérales du 7 juin 2007, les femmes constituaient environ un tiers des élus (36,7% pour la Chambre des Représentants et 30% pour le Sénat). Cette proportion a-t-elle évolué suite aux élections du 13 juin 2010? Pour en savoir plus à ce propos, consultez l'analyse sous l'angle du genre des résultats des élections fédérales du 13 juin 2010.

La représentation politique des femmes à l'issue des élections du 7 juin 2009

Cette publication dresse le bilan de la présence féminine dans les parlements régionaux et au Parlement européen à l'issue des élections du 7 juin 2009. La composition des listes électorales, la mise en place effective des parlements et des gouvernements, ainsi que les comportements des électeurs vis-à-vis des femmes qui se sont présentées sur les listes électorales y sont décrits en détails. Sur base de ces résultats et de ceux des deux précédentes élections régionales et européennes (1999 et 2004), une évaluation approfondie de l'impact des 'lois parité' sur la participation des femmes et des hommes aux élections a été réalisée. Cette évaluation a été effectuée en tenant compte des trois facteurs explicatifs les plus régulièrement mis en avant dans la littérature scientifique, à savoir : la taille des circonscriptions électorales, l'idéologie des partis politiques, le comportement des électeurs et plus précisément les voix de préférence attribuées aux candidats.

La participation politique des femmes à l'issue des élections du 10 juin 2007

Depuis le milieu des années 1990, la Belgique a adopté plusieurs mesures légales destinées à renforcer la participation des femmes à la prise de décision politique et plus particulièrement à augmenter la présence des femmes au sein des assemblées législatives.

L’analyse qui suit dressera donc le bilan de la présence féminine au Parlement fédéral belge suite aux résultats des dernières élections législatives, après l’étude de la composition des listes électorales et en tenant compte des changements intervenus lors de la mise en place effective/l’installation officielle de la Chambre des Représentants et du Sénat. Cette brochure sera également l’occasion de s’intéresser aux comportements des électeurs vis-à-vis des femmes qui se sont présentées sur les listes électorales, via l’analyse des voix de préférence recueillies par les candidates.

Avant d’entrer dans le vif du sujet en analysant la composition des listes électorales, nous allons d’abord brièvement revenir sur le contexte dans lequel ont eu lieu les dernières élections fédérales belges.

Partis belges et égalité de sexe

Afin de mieux cerner l’impact des 'loi sur la parité' de 2002, sur la participation des femmes à la prise de décision politique, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a commandité fin 2004 la réalisation de trois études. Ces études concernent respectivement: 'La participation des hommes et des femmes à la vie politique belge', 'Les trajectoires des femmes dans la politique en Belgique' et 'L’intégration de la dimension du genre au sein des partis politiques belges'.

Ce rapport présente les résultats de la troisième des trois études, à savoir celle concernant 'L’intégration de la dimension du genre au sein des partis politiques belges'. La question centrale concernera ici la mesure dans laquelle les partis politiques belges ont intégré une dimension de genre et la portée des règles adoptée dans ce cadre. Dans un premier temps, les mécanismes de recrutement et de sélection de l’élite politique et la gestion des ressources humaines des partis politiques seront identifiés dans le cadre d’une revue de littérature. Suite à cela, un certain nombre d’hypothèses seront formulées. Ces hypothèses seront ensuite testées sur base d’un matériel de recherche empirique relatif aux mécanismes formels et informels qui existent au sein des partis politiques belges et à la manière dont la dimension de genre y a été intégrée.

La participation des hommes et des femmes à la politique belge

Afin de mieux cerner l’impact des 'loi sur la parité' de 2002, sur la participation des femmes à la prise de décision politique, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a commandité fin 2004 la réalisation de trois études. Ces études concernent respectivement: 'La participation des hommes et des femmes à la vie politique belge', 'Les trajectoires des femmes dans la politique en Belgique' et 'L’intégration de la dimension du genre au sein des partis politiques belges'.

Cette publication présente les résultats de la première des trois études, à savoir celle concernant 'La participation des hommes et des femmes à la vie politique belge'. Dans le cadre de ce rapport, nous chercherons donc à mieux comprendre l’évolution de la représentation des femmes dans la vie politique belge suite à l’adoption puis à l’application de ces 'lois sur la parité'. Pour ce faire, nous allons d’abord utiliser et développer un panel d’indicateurs définis au niveau de l’Union européenne. Dans un deuxième temps, nous analyserons de manière approfondie la préparation et les résultats sexués des élections régionales et européennes de juin 2004. Nous terminerons ce travail en tentant de mettre en évidence les liens éventuels entre la représentation politique des femmes et une série de variables socio-économiques.

Les trajectoires des femmes dans la politique belge

Afin de mieux cerner l’impact des 'loi sur la parité' de 2002, sur la participation des femmes à la prise de décision politique, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a commandité fin 2004 la réalisation de trois études. Ces études concernent respectivement: 'La participation des hommes et des femmes à la vie politique belge', 'Les trajectoires des femmes dans la politique en Belgique' et 'L’intégration de la dimension du genre au sein des partis politiques belges'.

Ce rapport présente les résultats de la deuxième des trois études, à savoir celle concernant 'Les trajectoires des femmes dans la politique en Belgique'. Dans le cadre de ce rapport, nous chercherons donc à mieux cerner les profils et les trajectoires des femmes politiques belges. L’étude s’est articulée autour de trois grands axes. Premièrement, une revue de littérature nationale et internationale reprenant les différents facteurs qui ont été identifiés comme influençant positivement ou négativement la carrière politique des femmes, comme par exemple les stratégies de soutien mutuel, les liens familiaux, l’influence de l’engagement dans d’autres mouvements collectifs,... Dans un deuxième temps, un matériel empirique original a été rassemblé via la mise en place de 'focusgroups' composés d’élues de différents niveaux de pouvoir, puis complétés de représentants de la direction des partis. L’objectif de ces 'focusgroups' consistait à mieux cerner l’expérience personnelle des mandataires féminines, leurs carrières et la culture politique en général. L’analyse de ces 'focusgroups' a donc permis de confronter les résultats de l’étude de littérature à l’expérience concrète des femmes politique belges et de traduire leurs sensibilités et leurs suggestions quant au renforcement durable des femmes dans la politique belge. La troisième partie de l’étude a consisté à reformuler les propositions dans une stratégie concrète d’ 'empowerment' des femmes en politique.

La participation politique des femmes à l'issue des élections du 18 mai 2003

Cette brochure vise à dresser un état des lieux de la présence des femmes dans la vie politique belge à l’issue des élections législatives du 18 mai 2003. Elle sera également l’occasion d’analyser l’impact des 'lois sur la parité', et des modifications du Code électoral sur la présence des femmes au sein du Parlement fédéral.

Vers une démocratie paritaire

Au début de l’année 2001, Madame Laurette Onkelinx, Ministre fédérale de l’Emploi et du Travail et de l’Egalité des Chances entre les hommes et les femmes a confié au Carhif/AVG le soin de procéder à l’évaluation des résultats des élections provinciales et communales 8 octobre 2000 dans une perspective de genre. Une telle évaluation s’inscrivait dans le cadre de la campagne générale en faveur de la démocratie paritaire menée par la Ministre fédérale de l’Emploi et du Travail. La Belgique s’inscrit donc dans une politique progressive d’égalité entre hommes et femmes, initiée au niveau fédéral en 1988, poursuivie sous diverses formes (campagnes de sensibilisation, outils méthodologiques, expositions…etc.) et concrétisée légalement par la 'loi des quotas' en 1994 et par le récent avant-projet de loi sur la parité.

Les femmes et la politique

Les élections du 13 juin 1999 ont vu pour la première fois la mise en oeuvre de la loi du 24 mai 1994 visant à promouvoir la présence équilibrée des hommes et des femmes sur les listes de candidatures aux élections.

Mais quel est le profil de ces femmes qui se sont portées candidates à l’occasion des premières élections législatives où un quota était d’application ? Comment définir leur situation familiale et professionnelle ? Quelles sont leurs relations avec leur parti ? Quels thèmes de campagne ont-elles mis en avant ? Quels résultats ont-elles engrangés ? Quelle est leur attitude à l’égard des électrices ou des quotas ?

Pour esquisser des réponses à ces différentes questions, la Direction de l’égalité des chances a envoyé aux 1.613 femmes qui s’étaient portées candidates un questionnaire visant à recenser leur profil et leur attitude face à la politique.

L’objectif de cette brochure est de présenter et de commenter les résultats de cette enquête en vue de dresser un tableau aussi précis que possible de l’engagement des femmes en politique lors des élections du 13 juin de 1999